VOTRE ACTU DU « JE DIS ! » 11 JANVIER 2018

Enquête sur la santé des dirigeants de petites entreprises

L'Actu du _je dis!_ 11 Janvier 2018

Longtemps ignorée, la santé des dirigeants d’entreprises et notamment celle des petites ainsi que celles de leurs collaborateurs, est devenue un sujet de préoccupation majeur ces dernières années.

Et pour cause, le chef d’entreprise est le principal actif de son bilan. C’est lui l’élément clé et il constitue le facteur stratégique incontournable de performance économique et sociale pour les PME/TPE.

 ◈◇◈◇ ◈◇◈◇

C’est ainsi que la FCGA (Fédération des Centres de Gestion Agréés) s’est associée avec l’observatoire AMAROK, observatoire de la santé des dirigeants de petites entreprises, pour réaliser une étude exclusive sur la santé et les facteurs « salutogènes * »  (favorables) qui préservent la santé contre les agressions extérieures de l’environnement et qui ont un effet bénéfique.

* On rappellera que les facteurs salutogènes sont définis par des recherches en psychologie de la santé reposant sur :

1- La conviction personnelle ou sa maîtrise du destin

2-  La capacité de rebond après un échec ou son endurance

3- L’optimisme

Cette enquête inédite s’appuie sur le témoignage de 1300 adhérents qui ont répondu à un questionnaire scientifique détaillé sur l’auto-évaluation de leur santé, de leur perception à la satisfaction au travail et à leur carrière sans oublier les effets des fameux facteurs salutogènes.

Ces facteurs concernent tous les travailleurs, les chefs d’entreprise également. L’argumentation d’Olivier Torres sur le fait qu’entreprendre c’est bon pour la santé repose sur les statistiques issues de ses propres recherches, et sur la prévalence de ces facteurs salutogènes, en théorie, dans la vie d’un entrepreneur. Car sans la conviction personnelle d’être maître de son destin, sans une grande capacité de rebond et sans un fort optimisme (ou grain de folie selon les points de vue !), peut-on entreprendre et mener à bien une création d’entreprise ?

 ◈◇◈◇ ◈◇◈◇

 

Conclusion de cette enquête totalement inédite :

Etre à son compte augmente les facteurs positifs pour la santé des dirigeants de TPE.

En effet, être à son compte, c’est agir, et non pas subir. Bref, entreprendre, c’est bon pour la santé !

◈◇◈◇ ◈◇◈◇

 

Les TPE en mode reprise d’après le Président de la FCGA

« C’est une première depuis 2012 ! Après quatre années de déclin, l’activité des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services se redresse en 2016 : 0,2% en moyenne (contre -0,9% en 2015). Une bonne nouvelle pour l’économie de proximité qui retrouve enfin des couleurs après cette longue période de vaches maigres.

C’est l’étude « Chiffres et Commentaires » menée par la FCGA, qui révèle ce renversement de tendance annonciateur, nous l’espérons tous, d’un retour vers une croissance durable. On y apprend notamment, qu’à l’exception des commerces spécialisés dans l’équipement de la personne (-2,9%) et des professionnels de la santé (-0,5%), les 9 autres familles de métiers étudiées affichent un chiffre d’affaires en hausse ou stable.

Cette augmentation des ventes des petites entreprises s’accompagne aussi d’une nette amélioration de leur rentabilité avec un résultat courant net moyen (après versement des cotisations sociales) en progression de 0,2%. Une performance qui s’explique notamment par un meilleur taux de marge brute (+0,8%) et une assez bonne maîtrise des charges d’exploitation.

L’INSEE confirme cette tendance favorable. En 2016, dans le commerce de détail et l’artisanat commercial (boulangeries, pâtisseries, charcuteries), les ventes augmentent de 0,7 % en valeur selon le statisticien public. Soit un montant total de 498 milliards d’euros TTC. Si ce début de reprise se poursuivait en 2017, ce serait alors le signe d’une véritable relance de l’activité dans les TPE. Mais attendons d’abord les chiffres… »

Yves MARMONT
Président de la FCGA

◈◇◈◇ ◈◇◈◇

Un lien vers la présentation de l’étude

POUR INFO

La Fédération des Centres de Gestion Agréés : regroupe 100 centres de gestion agréés (CGA) qui représentent 300 000 petites entreprises. La moitié des très petites entreprises imposées en bénéfices industriels et commerciaux sont adhérentes à un CGA. Et grâce à cette adhésion, le revenu imposable de l’entreprise n’est pas majoré de 25%.

– AMAROK : le premier observatoire de la santé des dirigeants de PME, fondé et présidé par Olivier Torrès, professeur à l’Université de Montpellier (LABEX Entreprendre) et Montpellier Business School.

◈◇◈◇ ◈◇◈◇

Un des derniers baromètres révèle que 86 % des dirigeants de TPE/PME s’estiment en bonne ou très bonne santé, contre 68 % des salariés.

C’est une photographie de la santé des 3 millions de petits patrons français… au sens propre du terme et non avec une vue économique. Et leur bonne forme s’améliore. Selon un sondage réalisé par Malakoff Médéric, 86 % des dirigeants de très petites entreprises (TPE) et de petites et moyennes entreprises (PME) s’estiment en bonne ou en très bonne santé contre seulement 68 % des salariés. Ils n’étaient que 79 % dans ce cas en 2015.

Près de sept patrons sur dix ont cependant consulté un médecin généraliste au cours des 12 derniers mois et 10 % ont eu un arrêt de travail – que peu ont respecté entièrement. Une majorité estime d’ailleurs qu’il leur est impossible de s’arrêter.

Fatigue, stress, isolement

Les nuits des chefs d’entreprise semblent plus paisibles puisque 19 % des patrons disent souffrir de troubles du sommeil contre 29 % des employés, ces derniers déclarant consommer deux fois plus de somnifères, d’anxiolytiques ou d’antidépresseurs. Pour autant, 32 % des dirigeants dorment moins de six heures par nuit pour travailler plus.

L’enquête n’en révèle pas moins des lézardes dans ce check-up. Ainsi plus de 15 % d’entre eux disent consommer de l’alcool presque quotidiennement, soit deux fois plus que les salariés. Et un quart des chefs d’entreprise est fumeur.

Journées nerveusement fatigantes, stress lié à la quantité de travail, sentiment d’isolement, difficultés financières… Ce sont les risques le plus souvent cités même si le temps de travail semble diminuer : près de 40 % des personnes interrogées disent travailler 50 heures ou plus par semaine contre près de 50 % en 2015.

 

Mais aussi des critères « salutogènes »

Les résultats de l’étude n’étonnent en rien Olivier Torres, professeur à l’université de Montpellier et président de l’observatoire de la santé des dirigeants Amarok. « On parle souvent des phénomènes de suicide ou de burn-out au travail chez les petits patrons, dit-il. C’est vrai qu’ils éprouvent du stress, de la solitude ou de l’incertitude mais aussi des facteurs positifs. »

L’observatoire Amarok a en effet déterminé une quarantaine de critères « salutogènes », c’est-à-dire qui favorisent le bien-être physique et mental. « Ce peut être le sentiment de maîtriser son destin, la capacité à s’adapter ou encore l’estime de soi, explique Olivier Torres. Or on s’est aperçu que ces critères agissent plus efficacement chez une personne qui se met à son compte ».

Le baromètre Malakoff Médéric rappelle d’ailleurs que la résistance des entrepreneurs à la pression s’explique sans doute par leur vocation. Plus de la moitié est « tout à fait d’accord » pour dire que devenir dirigeant a été « un choix de vie » et beaucoup en éprouvent un sentiment de liberté et d’accomplissement.

On retiendra en conclusion que la santé est plutôt en amélioration même si les doutes et les incertitudes restent au Rendez-Vous malgré tout ! Elle vient de la nature profonde du chef d’entreprise et ses capacités à trouver des ressources perpétuelles pour résoudre ses problèmes en règle générale.

Mais il arrive parfois que tous les facteurs positifs ne suffisent pas à surmonter des passages difficiles liés ou à la conjoncture ou à un évènement interne qui désorganise l’activité et entrave le développement de son entreprise.

 

▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▫▪▫▫▪ ▫▫▪

 

LE RESEAU ASSOCIATIF D’AIDE AUX CHEFS D’ENTREPRISES

 

-A5 LEONFRANCE

 

 

Léon France est présent aujourd’hui au niveau national et intervient régulièrement sur tous types de dossiers. Il peut vous accompagner dans vos démarches complexes et vous apporter des solutions pour vous soulager dans vos procédures quelles qu’elles soient.

 

tie-2566434_1280

 

Léon France vit de vos dons ou cotisations ainsi que de subventions locales qui sont laissés libres à la discrétion de chacun. Un bulletin d’adhésion est disponible sur le site de Léon France à ce lien

6 Mois offert de cotisations pour toute nouvelle adhésion de 1 an (voir les modalités directement avec Michel Verneuil à michel.verneuil@leon-france.fr ou au 06 71 71 78 32. Léon France accepte aussi les dons de tout montant.

▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▪ ▫▫▫▪▫▫▪ ▫▫▪

 

ReTROUVEZ DORENAVANT TOUS LES ARTICLES et LES ACTUALITES DU JEUDI SUR CE BLOG  (informations que vous retrouverez sur vos réseaux sociaux préférés et en fil d’actualité sur notre site internet)

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Nos actualités et informations sont diffusées quotidiennement sur le
groupe LEON A VOTRE ECOUTE ainsi que sur la page Facebook
Lien Twitter
Lien Linkedin
‹‹‹‹‹‹ Votre Social Manager et Responsable de la Communication de l’association, Helga GAUTIER  ››››››

◈◇◈◇

Léon France en profite pour vous souhaiter une année riche de succès et de réussites !!!

star-1076611_1280   LÉONF Bonne Année2018

Publicités

Une réflexion sur “VOTRE ACTU DU « JE DIS ! » 11 JANVIER 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s