ACTU DU « JE DIS! » 12 OCTOBRE 2017

Vous avez besoin de financer un besoin. Etes-vous prêt à vous lancer ? Etes-vous sûr d’être suffisamment armé pour défendre votre projet?

Votre actu dujeudi 12 octobre 2017

QUELQUES ELEMENTS DE REPONSES . . .

1- Bien construire son dossier de financement

Afin de mieux appréhender les questions du financeur, qui peut être votre banquier, il est important d’anticiper les éventuelles questions. C’est pourquoi, il est important d’avoir la meilleure maîtrise de votre sujet avant d’envisager la rencontre pour l’exposer.

Il va falloir CONVAINCRE de la viabilité économique de votre projet avant qu’un prêt ne vous soit accordé.

finance-2751890_640

2- Bien structurer son business model

Il va falloir structurer le BUSINESS PLAN et le rendre à la fois synthétique et compréhensible rapidement.

Présenter un descriptif de son entreprise et de ses activités qui doivent représenter la vision et permettre de comprendre qui vous êtes, ce que vous avez comme offre(s), les besoins du marché sur lequel vous intervenez et pourquoi vous offrez ce service ou ce produit.

Il va falloir également expliquer la manière de travailler et les raisons pour lesquelles votre société sera perçue comme fiable et viable.

Tous ce éléments constitueront la base de votre argumentaire de communication pas seulement avec vos financeurs mais aussi avec vos fournisseurs, vos clients, vos partenaires, vos réseaux stratégiques …

computer-1185626_640

2- Elaborer son business plan

Il s’agira d’établir une stratégie d’entreprise.

Toute demande de financement doit s’accompagner d’une présentation précise des activités de votre entreprise et d’une projection dans l’avenir ; ces informations seront regroupées dans un document appelé le business plan ou plan d’affaires. Celui-ci peut-être plus ou moins détaillé selon la taille de votre entreprise mais il restera, en tout état de cause, le document de base pour toute sollicitation d’un financement.

Le business plan doit couvrir la période d’amortissement du financement demandé. En pratique, il portera sur trois exercices pour les demandes de financement bancaires les plus courantes, objet présent du guide. Il est d’usage de le présenter avec un plan de trésorerie sur un an.

Le business plan est un document écrit détaillant votre projet. Il en précise les éléments constitutifs : la nature de votre entreprise et votre produit, la stratégie marketing et commerciale, les besoins et plans de financement etc. et les met en relation avec les facteurs extérieurs : le marché, la clientèle, les données financières, la communication, etc.

Il doit traduire votre projet en objectifs chiffrés et présenter les moyens pour le réaliser. Il a plusieurs fonctions : vous conforter sur la faisabilité de votre projet, et notamment sur ses aspects financiers (rentabilité, cohérence du plan de financement). Il servira aussi à l’établissement du dossier de demande de financement à fournir au(x) partenaire(s) financier(s).

Enfin, le business plan pourra utilement faire office de tableau de bord pour le suivi de l’activité (chiffre d’affaires, rentabilité, trésorerie…), notamment en phase de démarrage. Véritable outil de réflexion, il fixe les priorités sur la base d’objectifs quantifiés, planifiés et mesurables. Un plan d’affaires doit évoluer avec l’entreprise.

plan-2372176_640

3- Garantir le financement

Par nature, personne n’est enclin à prendre des risques sur un projet mal connu ou jugé opaque faute d’une communication adaptée.

Par conséquent, la transparence constitue un élément clé de la négociation. Elle contribue à instaurer une relation de confiance.

A ce titre, vous devez notamment veiller à communiquer régulièrement, et en temps utile, les informations financières afin que le banquier ait une connaissance suffisante de l’entreprise et de sa gestion. Cela vous permettra notamment de débattre avec votre banquier et éventuellement de réduire sa perception du risque inhérent à votre activité.

Dans ce cadre, n’hésitez pas à demander à votre banquier qu’il vous communique et vous explicite la notation affectée à votre entreprise et les éléments qui la justifient. En effet, ces informations peuvent vous être communiquées, sur demande, dès lors que vous demandez ou vous bénéficiez d’un prêt bancaire (article L 313-12-1 du code monétaire et financier résultant de la loi n° 2013-672 dite de « régulation des activités bancaires »).

Le partenaire financier étudiera vos documents officiels comptables dont vous disposez déjà

  • Le bilan
  • Le compte de résultat
  • Le compte de résultat prévisionnel
  • Le tableau de financement
  • Le plan de trésorerie
  • Le B(esoin) en F(ond) de R(oulement)

Il s’agira d’apprécier le caractère de rentabilité de votre entreprise ainsi que sa solidité financière au travers tous ces éléments.

Les éléments constitutifs permettant d’apprécier le positionnement de la société sur son marché, l’évaluation de sa concurrence, les caractéristiques particulière de votre (s) offre(s),  la constitution du porte-feuille clients seront un « plus » afin de permettre au financeur de mieux apprécier votre proposition.

Connaître le seuil de rentabilité de l’entreprise, correspondant au niveau d’activité (chiffre d’affaires) au delà duquel l’entreprise devient rentable, c’est à dire devient capable de payer ses charges fixes (loyers, dépenses de personnel…) et variables (prix d’achat des matières premières, salaires et charges, frais de transport…). Le calcul du seuil de rentabilité permet au dirigeant de mieux suivre l’évolution de son résultat et, si besoin, d’adapter sa politique de gestion afin de mieux maîtriser ses charges.

Le suivi régulier de ces indicateurs par le chef d’entreprise participe d’une bonne gestion. Si vous ne disposez pas de ces informations essentielles, sollicitez l’appui de votre expert-comptable ou de votre association de gestion et de comptabilité pour qu’il vous les fournisse.

Dans de nombreux cas, les banques souhaitent garantir les risques qu’elles encourent lors de la mise en place d’un financement. Les garanties apportées par l’entreprise ou le dirigeant peuvent prendre différentes formes (nantissement de fonds de commerce, hypothèque, gage sur stock, cautions… et dépendent essentiellement de la taille, de l’activité de l’entreprise et de la durée du crédit.

Cependant, ces garanties peuvent parfois poser problème, notamment aux plus petites entreprises. A ce titre, le dirigeant doit veiller à sécuriser au maximum sa situation personnelle et éviter d’offrir des garanties disproportionnées au regard de son patrimoine. Pour cela, le recours aux sociétés de cautionnement mutuel peut constituer une solution alternative appréciable.

Voir du côté de bpifrance…de sociétés de caution et de garantie (CSG) qui aident à l’accessibilité d’un prêt en sécurisant la banque constituée de commerçants, industriels, artisans, sociétés, commerciales et membres de professions libérales.

La garantie donnée peut varier de 35 à 80 % du montant du crédit en fonction de la nature de l’opération. En règle générale, les sûretés professionnelles affectant le crédit sont partagées entre la banque et la société de garantie ainsi que les engagements personnels. Dans certains cas, l’intervention d’une société de garantie permet de réduire, voire de supprimer, les engagements personnels.

Les sociétés de garantie peuvent intervenir en association avec un groupe bancaire : SOCAMA (société de caution mutuelle artisanale) pour les Banques Populaires et CEGC (compagnie européenne de garanties et cautions) pour les Caisses d’Épargne. Deux sociétés de garantie interviennent au plan national auprès de toutes les banques : bpifrance et SIAGI.

La SIAGI est une société de caution mutuelle créée par les Chambres de Métiers et de l’Artisanat. Elle intervient dans le secteur de l’artisanat et des activités de proximité. L’offre couvre les besoins des entreprise à tous les stades : création, transmission et croissance.

Certains organismes d’aide à la création et la reprise des entreprises tels que France Active, Initiative France, ADIE, Réseau Entreprendre… fournissent également des garanties bancaires et des apports financiers remboursables.

 

agent-1238811_640 (1)

3- Identifier le financement approprié à la bonne situation

L’un des facteurs déterminants de l’avenir d’une entreprise réside dans sa capacité à anticiper d’éventuelles difficultés financières et les besoins qui en découleraient.

C’est pourquoi le dirigeant doit se préoccuper du suivi budgétaire de sa société et élaborer un tableau de bord de gestion.

Cette démarche de veille continue permettra au chef d’entreprise d’anticiper des futurs besoins de financement et de déterminer s’il aura besoin de renforcer les fonds permanents ou de financer le cycle d’exploitation.

Un organisme financier forge son opinion en tout premier lieu sur la situation financière de l’entreprise et sa rentabilité.

Deux solutions sont envisageables pour renforcer les fonds propres :
en interne, en faisant appel aux ressources de l’entreprise (autofinancement, cession d’immobilisations) ou à celles des actionnaires (apports en compte-courant, augmentation de capital)
en externe, en recherchant de nouveaux financements, auprès de personnes physiques (les investisseurs au capital de PME étant susceptibles de bénéficier de mesures fiscales de faveur en matière d’ISF ou d’impôt sur le revenu), ou d’institutionnels (bpifrance a mis en place la plateforme Euroquity, un portail de mise en relation entre les sociétés françaises et les investisseurs, dont l’objectif est d’accompagner la croissance des PME).

Le renforcement des fonds propres pourra permettre d’obtenir de la banque de nouveaux concours financiers à moyen ou long terme. Pour les entreprises les plus fragiles, il s’agira le plus souvent d’un préalable.

Si le besoin de financement découle naturellement du business plan, il faut savoir apprécier le montant du concours recherché et déterminer par exemple :
– le mode de financement le plus adapté à vos besoins– renforcement des fonds propres ou endettement financier (crédit bancaire à court, moyen ou long terme, crédit-bail, location financière…) ;
– pour les financements bancaires, ces caractéristiques : durée, taux, conditions d’amortissement ;
– les garanties à offrir en fonction des possibilités de l’entreprise ou de l’entrepreneur et de leurs caractéristiques judiciaires ;
– le mode d’apport en fonds propres (augmentation de capital, apports en compte courant…).

Pour le détail, il faudra étudier les diverses possibilités de votre banquier ou financeur.

checklist-1622517_640

Vous devriez être finalement prêt maintenant ! Et n’oubliez pas,ce n’est pas parce que la première demande sera refusée que vous devez renoncer. Il s’agira pour vous d’une épreuve de force, une sorte d’examen de passage qui vous fera comprendre les oublis et les ratés que vous aurez entendu dans le retour de votre financeur.

POUR VOUS ACCOMPAGNER . . .

tie-2566434_1280

logo -01

–> Léon France est votre interlocuteur privilégié pour vous accompagner dans des périodes particulièrement compliquées. L’association peut vous soutenir dans vos démarches vis à vis de vos financeurs. Elle vous apportera son expertise, son expérience et son soutien face aux difficultés éventuelles.

–> L’association, grâce à un très bon réseau d’experts, peut vous apporter la réponse à certaines de vos problématiques et vous aider dans des étapes de mise en application et mise en oeuvre de vos affaires et dossiers litigieux.

Léon France vit de vos dons et de subventions locales qui sont laissés libres à la discrétion de chacun. Un bulletin d’adhésion est disponible sur le site de Léon France à ce lien

¡ ¡ ¡ N’HESITEZ PLUS, CONTACTEZ-NOUS ! Vous n’êtes plus seul(es) ! ! !

contact-us

au 06 71 71 78 32 ou à leonfrance@orange.fr

ReTROUVEZ DORENAVANT TOUS LES ARTICLES et LES ACTUALITES DU JEUDI SUR CE BLOG  (informations que vous retrouverez sur vos réseaux sociaux préférés et en fil d’actualité sur notre site internet)

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Nos actualités et informations sont diffusées quotidiennement sur le groupe

Lien Twitter

Lien Linkedin

‹‹‹‹‹‹ Votre community Manager et Responsable de la Communication de l’association, Helga GAUTIER  ››››››

MERCI DE VOTRE ATTENTION !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s